dimanche 19 mai 2013

Blog en cours de contruction !

Bonjour,

Le blog d'OLF 67 est actuellement en (re)construction. Nous vous invitons à visiter notre page Facebook en cliquant ici !

Pour nous contacter, envoyez-nous un mail !

A très bientôt,

L'équipe d'OLF 67

vendredi 14 décembre 2012

Et vous, vous jouerez à quoi à Noël?


Presque tous les enfants jouent, sauf ceux souffrant de malnutrition, qui sont défavorisés ou qui ont des incapacités graves. Les jeunes enfants consacrent généralement entre 3 % et 20 % de leur temps et de leur énergie au jeu, et davantage dans les foyers plus nantis. Si les jeunes enfants sont temporairement privés d’occasions  de jouer, par exemple lorsqu’ils sont en classe, ils jouent plus longtemps et plus énergiquement par la suite. Etant donné que les enfants investissent temps et énergie dans le jeu et qu’ils ont des occasions d’apprendre lorsqu’ils le font, jouer semble  être une nécessité.

"Mais les filles aiment le rose et les garçons le bleu, Madame… "
 Ouvrez un catalogue de jouets, de jeux et observez bien. Vous allez trouver deux  types de classement :
Soit  un classement par genre [filles/garçons], soit un classement par thématique de jeux [imitation, éducatifs, plein air, créatifs etc] . A l’intérieur de ce classement sera décliné une sous classe, à savoir un classement par âge.
Revenons au premier classement, celui que j’aimerais bien dégommer au cours d’une partir de chamboule-tout géante, le classement dit «  par genre ». Pour faire simple, voire simpliste, on va dire que le genre c’est la représentation sociale du sexe. On peut même appeler le genre le « sexe social ». En clair:
-          Chromosomes XX = sexe femelle = genre féminin
-          Chormosome XY = sexe  mâle = genre masculin
Si on suit donc ce classement ,flèche rose-bonbon-magenta-flashy pour les filles, flèche bleu-canard-marine pour les garçons, et là, c’est bon on a tout juste, ON NE DOIT PAS SE TROMPER  de cadeaux !!


« Mais, mais, c’est tellement naturel pour les filles de jouer à la poupée, et mignon aussi….. et puis, ça leur apprend »
C’est alors très simple, on va pouvoir choisir pour une fille des jeux d’intérieur, calmes qui vont lui apprendre à être une parfaite ménagère et un maman non moins parfaite. C’est vrai que savoir moucher un poupon en celluloïd dès 5 ans c’est rigoureusement indispensable voire vital. On va juste oublier , soyons folles et fous, que beaucoup d’enfants de cet âge préfèrent essuyer leur morve dans la manche de leur pull que se moucher eux/elles-mêmes. Mais, bon, on va pas commencer à pinailler, hein ? pas not’ genre.Et pour un garçon, de l’action encore de l’action ; parce que Madame, Monsieur, tout ça c’est naturel.
Oui , sauf que là, justement la nature elle s’en fout . Un peu comme quand un tsunami se déclenche, vous voyez ? La nature elle a d’autres préoccupations que la tablette Barbie rose et la voiture de course bleue. Tellement rien à y faire qu’elle a laissé cela à la société, à la reproduction du schéma social, des rôles profondément ancrés, que nous perpétuons et entérinons, Noel après St Valentin.
Détricotons la bobine ensemble :
On attend des femmes et des hommes qu’elles/ils remplissent des rôles parfaitement clairs, identifiables que l’on pourrait résumer à : la FAM [ouais, en plus, hein, pas les femmes toutes différentes], elle doit savoir s’occuper de la maison , tenir son intérieur :  ménage, hygiène, cuisine, repassage[le mien est parfaitement indépendant et libre, intenable et un élevage de shetlands y réside. Indépendants , eux aussi ], savoir s’occuper des enfants : maternage, prendre soin de, câliner, faire des tresses, son domaine c’est le dedans !
L Homme [oui, avec un grand h , Môssieur] , il est fort, il va abattre les montagnes, parcourir les plaines arides [ 3 stations de métro c’est bien aussi] , dans la grosse voiture qui le rend plus fort. , pour construite le monde, les habitats que les femmes occupent et entretiennent.
Une fois qu’on a dressé les compétences supposées des un-e-s et des autres, on va couper ce qui dépasse, les mauvaises têtes qui voudraient changer de cour de récré et s’attribuer les compétences de l’autre côté parce que, la société elle est faite comme cela. Ce qui est bien pratique pour justifier : le temps partiel des femmes souvent non choisi, les inégalités salariales et sociales etc etc.
Donc, afin que rien ne change, l’idéal reste quand même de proposer ces modèles aux enfants dès tout petit. Comme ça ils.elles auront le temps d’assimiler.

«Mais vous voulez quoi, hein ? interdire à nos filles ? »
Oui !!!!!!!!!!!!!!!!!! [nan, c’est une blague]
Euh ben non, j’ai jamais dit cela. Mais peut être on peut s’attaquer au problème à la racine. Et les arracher à grands coups de bouffées d’air frais les racines. Et se rappeler tout simplement les fonctions du jeu.
Facile, on y va
«  le jeu est le travail de l’enfant »
Intéressons nous aux jeux d’imitation
Ce sont ceux qui permettent à l’enfant de mieux comprendre le monde qui l’entoure et de s’y intégrer. C’est le fameux "faire comme".

Ces jeux d'imitation permettent à l'enfant de mieux comprendre le monde qui l'entoure et de s'y intégrer.
Dès le plus jeune âge l'enfant commence à imiter toutes les personnes de son entourage sans distinction de sexe. Les petits garçons adorent faire le ménage comme leur maman et les petites filles conduisent une voiture de course comme papa.
Peu à peu, qu'on l'encourage ou non les petites filles auront d'avantage tendance à imiter les rôles féminins alors que les garçons prendront modèle sur des figures masculines.
L'imitation permet à l'enfant de comprendre le fonctionnement du monde qui l'entoure, de comprendre les relations entre les individus ainsi que les rôles sociaux. Cette phase d'imitation est indispensable pour l'intégration de l'enfant dans la société.
Multiplier les jeux de rôles sans critiquer et sans porter de jugement de valeur sur les choix de votre enfant. Votre enfant est un acteur pouvant jouer tous les rôles de la vie sans limite de sexe ou de niveau social.
Enfin, un jeu ne peut être investi s'il n'est pas accompagné! Offrez des jeux à vos enfants et JOUEZ AVEC EUX/ELLES!!

Pour discuter de tout ceci, rendez vous Samedi 15 décembre Place Kléber à Strasbourg entre 14h et 16 h.



lundi 10 décembre 2012

Solidarité avec Pinar Selek


J’ai rencontré Pinar Selek lors de la soirée de lancement de l’antenne Osez le féminisme 67 ! en octobre 2011. C’est Irène, une militante de l’association féminine et féministe « La Lune » qui me l’a présentée.
Je ne connaissais par Pinar Selek. Ce soir là, j’ai appris son histoire, ses combats, ses luttes.
Comment décrire Pinar Selek ? une intellectuelle, une féministe, une sociologue, une citoyenne du monde en exil . Un timbre de voix et un débit inimitable. Elle cherche ses mots et s’excuse dans son français pourtant exact, de ne pas trouver les mots justes. Pinar s’exprime avec générosité et conviction. Quand elle s’anime, ses mains s’agitent au gré de ses intonations.
Quelques temps plus tard, Aline, une militante d’OLF67,  du Comité de soutien à Pinar Selek, est venue nous présenter le « Komité Pinar Selek Strasbourg » qui diffuse les épisodes qui jalonnent son interminable histoire juridique. C’est ainsi qu’OLF67 est devenu membre du comité. Depuis  nous relayons toutes les informations qui nous parviennent.
Durant toute l’année 2012, Pinar Selek a été présente sur toutes les manifestations strasbourgeoises pour défendre sans cesse les droits des femmes
Lors de la soirée du 8 mars  et les manifestations organisées autour de cette « journée des femmes », elle a défilé lors de la  marche des fiertés, et enfin elle était présente lors du colloque Strasbourgeois intitulé « l’éducation, facteur déterminant dans la construction des inégalités de genre et des violences sexistes et sexuelles »
Une seule raison de  s’associer à la défense de Pinar Selek ?
Parce qu’elle est victime de persécutions depuis 14 ans
A l’origine de cette persécution, ses recherches sociologiques sur les mécanismes et les conséquences de la guerre au Kurdistan, qui ont été confisquées et le fait qu’elle ait eu des contacts avec les militant-e-s Kurdes exilé-e-s en Allemagne et en France, dans le cadre de ses entretiens avec les différentes parties du conflit.
Le motif officiel de son inculpation et de l’acharnement judiciaire qui sévit contre elle depuis 14 ans ?
Elle aurait posé une bombe, fabriquée dans les ateliers artistiques de rue qui aurait fait exploser le marché aux épices d’Istanbul en 1998. Tous les rapports d’expert ont établi qu’il n’y avait pas eu de bombe et que l’explosion était due à une bonbonne de gaz. Bien que Pinar Selek ait déjà été acquittée  3 fois, les jugements ont été à chaque fois cassés et les procédures relancées. Si les deux premières fois c’est la cour de cassation d’Istanbul qui a cassé le jugement, la troisième fois c’est le tribunal même qui l’a acquitté 3 fois qui a cassé son propre jugement, au mépris de la légalité : une première dans l’histoire du droit.
La réouverture du procès de Pinar Selek est fixée au 13 décembre prochain. Tout laisse craindre cette fois un verdict expéditif , conforme au réquisitoire du ministère public qui réclame une peine de prison à perpétuité.
IL EST URGENT D AGIR MAINTENANT - téléchargez les lettres types là                     C.C.





mercredi 28 novembre 2012

25 novembre : OLF67 contre les violences faites aux femmes

Le 25 novembre, journée internationale pour l'élimination des violences à l'égard des femmes, OLF 67 a prit part au rassemblement organisé par la Commission des Associations féminines et féministes de la Ville de Strasbourg, à laquelle elle adhère.

Aux côtés de nos ami-e-s de la Lune, du Planning, du Nid et des autres, nous nous sommes rassemblé-e-s pour dénoncer toutes les violences faites aux femmes, exprimer nos revendications et afficher notre solidarité avec les victimes.

La foule a répondu présente et a applaudi notre démarche, qui a été reprise dans les médias : voir ici l'article et la vidéo de France 3 Alsace, et ici le film réalisé par Méta-Média.

jeudi 18 octobre 2012

OLF 67 au colloque annuel de la Ville de Strasbourg

Aujourd'hui, OLF 67 a pris part au grand colloque annuel organisé par la mission "Droits des femmes et égalité de genre" de la Ville de Strasbourg en partenariat avec les associations locales. 

Le thème de cette année ? "L'éducation : un facteur déterminant dans la construction des inégalités de genre et des violences sexistes et sexuelles ?".

La petite délégation d'OLF 67 a donc pu assister aux conférences et tables rondes, tenues par de prestigieux-se-s intervenant-e-s tels que Virginie Descoutures, Pinar Selek, Catherine Louveau, Patric Jean et bien d'autres (voir programme complet ici). C'était également l'occasion pour notre association de tenir un stand, afin de mieux faire connaître nos actions auprès du public, mais aussi des acteurs politiques, comme Robert Hermann, adjoint au Maire de Strasbourg, qui nous a fait l'honneur d'une visite.

Bref, une journée pleine d'enrichissements et de rencontres, comme OLF 67 les aime. Un seul regret, l'absence de Najat Vallaud Belkacem, Ministre des Droits des Femmes, qui a du annuler sa visite à la dernière minute.

HK

Robert Hermann, adjoint au Maire de Strasbourg, en visite sur le stand OLF 67

Cécile, présidente d'OLF67, en discussion avec le public

Le monde afflue au stand OLF 67 !

Du monde, encore du monde ! Aline (au centre en rose), militante à OLF 67, a fort à faire...

lundi 15 octobre 2012

Rassemblement contre le viol : les photos et vidéos

Ce soir, près de 80 personnes, qui ont répondu à l'appel d'OLF67, se sont rassemblées pour dire NON au viol. 


Un discours éloquent de Cécile, présidente d'OLF67, a permis de revenir sur les points importants :
- 75 000 femmes violées chaque année en France
- quand une femmes dit non, elle dit NON.
- le viol n'est pas un cas isolé, c'est un problème de société
- le viol est un crime et doit être jugé comme tel
- la honte doit changer de camp : les victimes ne doivent pas être transformées en accusées
- appel au Président de la République : ouvrons un grand débat ! quelle politiques pour les victimes de violences et de viols ?

S'en est suivi un "die-in" : en soutien aux victimes, les participant-e-s se sont allongé-e-s par terre, tandis que Marisa de l'association La Lune, elle aussi exprimait sa colère dans une société ou les violences et les viols sont quotidiens.

OLF67 remercie tout-e-s les participant-e-s, et en particulier les membres de La Lune, Le Nid, Le Planning... présents aujourd'hui.



HK


les journalistes présents... on attends les retours !

près de 80 personnes présentes ! Merci à tou-te-s !

Le mégaphone, toute une technique !

Marisa de la Lune et Cécile, présidente d'OLF67, forces vives

Prise en main du mégaphone...

Sophia, Michael, Cécile, militant-e-s à OLF67
video video


"Die in"
La vidéo du rassemblement est là 

samedi 13 octobre 2012

MOBILISATION #contre le viol. La honte doit changer de camp


Le verdict du procès des viols collectifs de Créteil rendu mercredi soir par la cour d’assises du Tribunal de Grande Instance de Créteil nous scandalise. Il fait reculer la lutte contre les violences faites aux femmes que les associations féministes mènent au quotidien.



Ce verdict envoie un message catastrophique à l’ensemble de notre société. Aux victimes de viol : porter plainte ne sert à rien ! Aux violeurs : il est permis de violer ! Il fait écho aux scandaleux dysfonctionnements de l'institution judiciaire dans ce dossier : instruction bâclée, absence de soutien et non protection des victimes. L’enfer que vivent les plaignantes depuis dix ans est inacceptable.


Osez le féminisme 67, appelle à un rassemblement lundi 15 octobre - 18h30 - Place Kléber.
dress code : tou-te-s en noir


Une lettre ouverte signée par plus de 30 associations du collectif F.E.M [Femmes en mouvements] a été adressée à Mr Francois Hollande , président de la République afin qu’un grand débat public sur les violences faites aux femmes soit lancé dans les mois qui viennent et qu’il débouche sur des poltiques publiques à la hauteur du défi lancé : éradiquer les violences faites aux femmes.

Nous vous invitons à nous rejoindre lundi et/ou signer la pétition